L'intégration d'un nouvel employé est une étape importante. L'enjeu pour l'entreprise est de garder à long terme les employés qu'elle recrute et forme.
Ceci est encore plus important dans des secteurs qui manquent de main d'oeuvre comme le bâtiment.
Voici quelques pistes pour faciliter l'intégration des salariés.

Pour Maryse Baïa, directrice d'Elan Conseils, une société spécialisée dans les ressources humaines, la période d'intégration comprend quatre étapes clés :

> L'accueil doit être particulièrement soigné. Rien de pire pour un nouveau salarié que de ne pas se sentir attendu.

> Le poste et les objectifs doivent être clarifiés. La recrue a une image floue de ce qu'elle va devoir faire. Précisez-lui une nouvelle fois sa mission.

> La formation. L'intégration est l'occasion de donner au salarié une formation/une information sur l'entreprise et ses produits.

> Faites le point. Tout au long de la période d'essai, il est essentiel de revenir avec le salarié sur la réalisation des premiers objectifs, sur les problèmes qu'il rencontre et sur ses impressions. C'est un excellent moyen de mesurer son enthousiasme et de prévenir toute déception.


Le Livret d'accueil
Il a pour rôle de fournir des renseignements précis pour permettre au nouvel arrivant de s'insérer vite et bien dans son nouveau milieu.
Le nouvel embauché y trouvera toutes les informations souhaitables sur l'entreprise, son organisation, ses droits et ses devoirs.
C'est le guide de premier secours du nouvel arrivant :
Il peut lui permettre de s'orienter dans les locaux (plans), d’assurer au quotidien des démarches basiques (horaires, pointage, contacts,…). Il peut aussi être un support important pour la diffusion des consignes d’hygiène et sécurité.
Bien sûr, le livret d’accueil ne remplace pas le contact humain, il l’accompagne.

Le tuteur
L'adjonction d'un tuteur (formé pour effectuer cette mission) au salarié pendant cette période aide aussi à réduire les conflits et à favoriser son maintien dans l'entreprise.
Le tuteur pourra ainsi lui montrer les pratiques et les risques de façon moins formelle qu'une réunion et permettra un meilleur dialogue et une compréhension accrue des enjeux pour le nouveau salarié.
En général, le tuteur ne doit pas avoir de lien hiérarchique avec le salarié afin d'éviter certains conflits et faciliter l'échange.

Ecrire les missions et valeurs
La distibution d'un document écrit comprenant les missions et valeurs peut aussi faciliter aussi l'intégration.
Un exposé précis et concret du projet et des valeurs de l'entreprise, préalablement à la signature du contrat, est apprécié des jeunes ou pour certains métiers.
Le mieux en ce domaine est donc d’établir une charte écrite, comme cela se fait aux Etats-Unis, un document qui sera signé par le chef d'entreprise et que le nouvel embauché devra parapher.
Unilog, une SSII parisienne qui a embauché 1 200 jeunes cette année, a mis ce procédé en place, en faisant signer la " Unilog way ", qui liste en particulier ses missions et objectifs prioritaires : qualité du service au client d'abord, rentabilité ensuite et enfin croissance.

Et tout le reste
Mais il ne faudrait pas oublier tous les "petits plus" comme une bonne mutuelle ou protection sociale qui peuvent faire la différence. Ces "plus" sont motivants, facilitent la vie du salarié et peuvent favoriser sa fidélisation.

LES PISTES POUR UNE INTEGRATION REUSSIE (Fiche résumé)